Introduction : Les Heritages

Je n’ ai pas l’habitude de regarder derrière moi, je me passionne beaucoup plus pour les demains et pour l’action. A une question posée par les petits neveux « tu fais quoi exactement » je me devais répondre, préparer l’héritage de deux familles les Latreille et les Poeymiro, vieilles familles de Mirepeix.

Les amis nombreux sont toujours curieux et intéressés par mon parcours atypique, je le reconnais. Ce site leur est dédié. Souvent ils ont partagé un moment de mon parcours, ils se doivent d’apporter les compléments par des faits oubliés et des photographies. Ce site doit être vivant le moyen de renouer des liens parfois distendus.

Ecrire des mémoires et les publier, c’est figer une vie. La création d’un site interactif c’est redonner de la vie. Voilà mon ambition. Celle d’un homme de la seconde moitié du XXème siècle….

Famille Latreille 1910

1910 : Photo de famille Auguste et Louise Latreille entourés de leurs enfants dont le plus jeune est mon Père Albert

Chap. 1 : Une enfance rurale

C’ est en France, à Mirepeix, un petit village de Béarn, que le 4 Juillet 1942 je suis né à midi . Prématuré de 7 mois et demi pesant 2,4 kg, il a fallu que pendant quelques heures, le Docteur Lacq et la sage femme Germaine Fourçans m’assistent dans cette lutte pour vivre. Je voulais vivre….

Visiter Mirepeix

Fils de Albert, sculpteur et Marcelle modiste et couturière.

Été 1941 : Mariage d’Albert Latreille et de Marcelle Poeymiro

mariage-Albert-L.png

Lire la suite

Chap. 2 : Le collège mixte de Nay

Collège mixte Nay

C’est en Octobre 1954 que j’ entrais au Collège mixte de Nay pour en sortir en 1962, le baccalauréat en poche.

Lire la suite

Chap. 3 : La mort du Père

Albert Latreille

C’est en février 1958 qu’Albert Latreille mourait à 54 ans d’une fièvre de Malte, maladie peu connue en Béarn. Nous n’étions pas riche, mais là les difficultés pour notre mère et nous commencèrent. Notre mère Marcelle reprit du travail chez Berchon à Nay.

Lire la suite

Chap. 4 : Les années étudiant (1962-1967)

Photo permis Claude Claude permis












La première année d’étudiant est paloise, c’est l’année de propédeutique. Année préparatoire à la licence à la Faculté de Bordeaux.

Lire la suite

Chap. 5 : Les débuts du professeur (1965- 1972)

Je ne voulais pas faire le métier d’enseignant. Afin de préparer mon DES (Diplôme d’Etudes Supérieures) en géographie sous la direction du Professeur Serge Lerat sur le thème des défrichements récents dans les Pyrénées Atlantiques, j’ai demandé un poste de surveillant d’internat. Je suis nommé comme professeur de géographie avec le statut de Maître auxiliaire au Lycée Technique Saint Cricq à Pau. C’est ma 1ère expérience d’enseignant avec des classes de seconde, de première, de terminale et bien entendu une prépa TSTC….

Lire la suite

Chap. 6 : 1967-1971 - Les annnées artistiques

LE THEATRE ET LA CREATION DES TRETEAUX D’ORTHEZ

Je reprends ma carrière théâtrale à l’Amicale laïque d’Orthez et je relance l’activité sous le nom des Tréteaux d’Orthez avec les amis : Jean Pierre et Michel Darrigrand, Michel et Mireille Suhubiette, yve Doyhamboure et Olivier Robert, bernard lavignotte, Nicole Camy, Francis Mallego, Jean jacques Ros ,Marc Poulmarch, Francis Lordon, Ginou Guichemerre, jean pierre Alphonse, yves Darrigrand, Nicole Ferrer….

amis Claude

Lire la suite

Chap. 7 : La Corse (1971-1978)

LE " VIEUX LYCEE " A BASTIA

Me voilà nommé à Bastia, que je ne connaissais pas. Trouver un hébergement a été chose facile, chez ceux qui sont devenus mes amis les familles Pizzini et Figarella à Pietranera. Enseigner l’histoire et géographie à des petites classes, je savais faire et vite la partie a été gagnée, d’autant plus que j’étais entouré de professeurs hors du commun, plein d’humour et d’énergie, artistes de surcroit : José Tomasi, Guy Dongradi, jean Bachelard…
Bien entendu faire du théâtre au vieux lycée était mon objectif, je l’ai réalisé en montant en 8 ans deux grands spectacles avec les collégiens :

- Lucchi le Chanceux ( 1972) comédie musicale de jean pierre Boudineau, Claude Latreille et Guy Dongradi

- Les guerres piccrocholines (d’après Gargantua) (1975) adaptation de Claude latreille, Georges Cuffi.

Lire la suite

Chap. 8 : Le Théatre 196

Ce que je considère comme une de mes plus belles réussites, c’est la création du Théâtre 196 en 1972 avec l’aide de l’Amicale laïque de Bastia qui a mis à ma disposition une petite salle de spectacle que nous avons aménagé en espace théâtral. La troupe était formée au départ autour de Pierre Albertini, Annie Zuccarelli, pierre Giannotti, mathilde Cangelosi, Georges Cuffi, Amat puis Jeanine Martinelli , jean Bachelard, Jean jacques Gil, Gérard Leca, Roger françois Gauthier.

Lire la suite

Chap. 9 : Biarritz

Epuisé par le trop d’activités théâtrales, je décide de revenir dans le Sud Ouest. Je suis muté, en septembre 1978, au Lycée expérimental André Malraux de Biarritz à ma demande afin de continuer mes recherches développées au théâtre, sur le corps du professeur, la communication non verbale.

Je découvre les recherches sur l’image, la formation à l’image menées par Jules Gazel. Mes recherches me mènent à étudier le langage du corps sur l’écran dans le cadre de l’INRP. C’est là que se décide mon avenir.

Malraux

Site du lycée André Malraux, Biarritz

Cette période Biarrote est le temps des « adoptions », du mentor ou du pygmalion. N’ est-ce pas Mike,, Cyr , Alexis ?

Mais c’est l’adoption en 1988, par des cousines lointaines, Bernadette et Anne –Marie Juppé d’une petite chilienne Anne lise qui va être ma grande occupation quotidienne

- page 1 de 2